Les Symboles de la maison des secrets

Les symboles : Décryptage

Si vous préférez les vidéos aux longues explications, voici une explication par Bep :

cliquer ici 

Sinon, voici celle de cvoila :

Voici une version « propre » des symboles visibles sur la porte vitrée pour commencer votre étude :

 

Question : A qui a-t-on à faire ? Qui a conçu cette énigme ?

Probablement, l’équipe de production de l’émission. Pour rester accessible aux téléspectateurs, mais surtout aux candidats, la résolution de l’énigme doit être possible sans connaissances avancés (histoire, mathématique, etc…) ni nécessiter un accès à des informations externes (internet, livres).

Le fameux couple papier/crayon, et beaucoup de temps/patience doivent suffire à résoudre le problème !

Question : Que cherche-t-on ?

Une phrase, probablement, comme la production nous y a habitué ces dernières années. Il faut donc trouver un moyen d’obtenir des lettres à partir de ces symboles.

Question : A première vue, est-ce un code simple/connu ?

Ces symboles ne ressemblent à rien de connu par le commun des mortels… Ce semble donc être des symboles inventés de toutes pièces…

Les techniques simples ne manquent pas… La plus connue est sans doute l’alphabet « secret » de 26 symboles (correspondant aux 26 lettres) pour remplacer chaque lettre de la phrase par le symbole qui correspond.

Le concepteur de l’énigme n’a clairement PAS utilisé cette technique simple, pour la bonne et simple raison qu’il y a 35 symboles différents dans le cryptogramme !

Il faut donc raisonner autrement : une même lettre peut se traduire par plusieurs symboles différents !

Question : Si j’étais concepteur d’un tel cryptogramme, comment coderais-je une phrase pour donner un tel cryptogramme ?

Pour rester « solvable », le concepteur a dû donc inventer un code qui repose sur la manière de dessiner les symboles…

Pour décrypter ce genre de cryptogrammes, on cherche dans un premier temps les cohérences et les incohérences du dessin :

  • Les symboles sont tous formés à l’aide de trois formes « primitives » : des cercles, des points et des traits.
  • Certaines de ces primitives sont en « gras ».
  • Aucun symbole n’est présent en deux exemplaires.

Pour mieux analyser les symboles, il convient ensuite de créer un table décomposant chaque symbole en ses caractéristiques (nombre d’éléments différents, de formes primitives, de formes en gras ou pas…) comme celle-çi :

(Ne prêter pas attention à la dernières colonnes de ce document, c’est là où notre étude doit nous mener !). Les couleurs dans cette table indiquent les valeurs minimales et maximales de chaque caractéristique. Ces indications statistiques vont nous servir.

On part de l’hypothèse que ce sont les caractéristiques de chaque symbole (comment le symbole est dessiné) qui permettront de trouver les lettres (ou les numéros de lettre plus précisément) qui correspondent.

Il faut déterminer la ou les caractéristiques du tableau qui permettent de trouver la lettre correspondant à chaque symbole.

Question : Mais quelles caractéristiques utiliser ?

C’est là que ca se complique, et qu’il faut faire intervenir un peu de statistiques, et avoir un peu de « nez »…

Pour aller droit au but, nous allons nos concentrer sur les caractéristiques les plus représentatives du tableau (celles pour lesquelles l’écart min/max est grand) : le nombre de points, de cercles et de traits (en gras ou non) !

La présence de formes en gras a perturbé beaucoup de monde, moi le premier ! Il ne fallait PAS en tenir compte : gras ou pas, c’est la même chose !

Nous allons donc considérer les points, les cercles et les traits comme des primitives de dessin des symboles, et donc de codage des numéros de lettre.

Question : Comment trouver une lettre à partir de primitives ?

Les chiffres romains (ou meme ceux mayas) sont un excellent exemple de codage d’un nombre par des symboles spéciaux (qui correspondent à nos « primitives »).

Par exemple, tout le monde connait les chiffres romains de 1 à 12 (au moins) :

Pour coder ces heures, en chiffres romains, on doit utiliser trois symboles primitifs « I », « V » et « X », correspondant respectivement à 1, 5 et 10.

Si on voit un symbole « III », on remarque qu’il y a trois fois la primitive « I » (qui vaut 1). Ce symbole correspond au chiffre 3*1 = 3.

Si on voit un symbole « XII », on remarque qu’il y a une primitive « X » (qui vaut 10) et deux primitives « I » (qui vaut 1). Ce symbole correspond au nombre 10 + 2*1 = 12.

Le nombre 16, par exemple, s’écrit avec la combinaison de 3 primitives : XVI

Pour revenir à notre énigme, nous pensons que nos trois primitives (points, cercles et traits) ont aussi chacun une valeur propre (comme I, V et X en chiffres romains).

Question : Comment trouver la valeur propre des trois primitives ?

On sait qu’il doit y avoir un lien entre le numéro de lettre, la valeur propre de chaque primitive, et le nombre de fois que chaque primitive est représentée dans un symbole.

Mathématiquement, on pourrait écrire cette relation sous la forme de l’équation suivante :

NumeroLettre = ValeurPoint * NbPoints + ValeurCercle*NbCercles + ValeurTrait *NbTraits

 

D’après le tableau statistique plus haut, on pourrait dire que chaque symbole peut se « résumer » à trois 3 nombres : un nombre de « points » entre 0 et 2, un nombre de « cercles » de 0 à 4, et un nombre de « traits » de 0 à 9. Vous remarquerez que le total de formes primitives (en gras ou non) par symbole est compris entre 1 et 13 (8+5).

 

D’où : NbPoints <= 2, NbCercles <=4 et NbTraits <= 9

Et 1 <= (NbPoints + NbCercles + NbTraits) <= 13

Je ne suis pas un grand matheux, mais soit vous vous amusez à résoudre ces inéquations (pour connaitre les plages de valeurs propres possibles pour les primitives : ValeurPoint, ValeurCercle et ValeurTrait), soit vous faites comme moi quelques tests empiriques…

Vous prenez votre tableur préféré, et vous automatisez les calculs de lettre… Vous n’avez plus qu’à lire quelle texte apparait lisible, et à relever les coefficients. (Si vous êtes candidat de Secret Story, vous utilisez un rouge à lèvre et vous faites vos calculs sur les miroirs de la salle de bain).

Si je dis qu’un point vaut 3, et si un cercle vaut 2 et si un trait vaut 1… Cela donne quoi comme (numéro de) lettre pour chaque symbole ?

(…) Trois heures plus tard (…)

Si un point vaut 10 (comme un X romain), un cercle 5 (comme un V romain) et un trait 1 (un I romain)… Cela me donne encore des lettres, forcément… aie… mais rien de lisible…

On ne pouvait pas passer plus près de la solution !

Question hors sujet : Des internautes pensent que des mandalas servent au décryptage. Comment ?

Certains internautes perspicaces ont trouvé ces coefficients en regardant ces objets insolites de la maison. On peut, en effet, y trouver 1 trait rouge, 5 cercles en gras, et 10 points colorés circulaire dans les « yeux ».

 

Question : J’ai essayé toutes les valeurs possibles pour les primitives, et je ne trouve rien de lisible ! WTF ?

Malheureusement, oui… Il y avait une astuce. En plus de ce « cryptage » symbolique, il fallait appliquer le bien connu « chiffre de César » (décaler les lettres de l’alphabet d’une certaine valeur fixe).

Et cette valeur fixe de décalage, c’est un GROS point à coté du miroir qui nous la donne :

 

Et comme vous le savez maintenant, un point vaut 10 ! Il faut donc ajouter 10 au numéro de lettre trouvé par calcul.

PS : Evidemment, nous travaillons avec un alphabet circulaire, donc modulo 26 (après Z, on revient à A…) : si vous trouvez par calcul une numéro de lettre numéro supérieur à 26, il faut retrancher 26 à votre résultat pour trouver la bonne lettre. Pour un numéro de lettre 27, vous devez trouver 27-26 = 1, c’est à dire un A.

Tableau simplifié pour comprendre le décodage :

La solution finale :

En séparant les mots, cela donne : « LE COUP EST A DONNER DANS LE DOS DE L’ACCUSEE ».

Bravo à toutes les personnes qui en sont arrivés au même point par eux-même, ou qui en était proche !

 

Signé : La Team Secret (Bep, Cvoila, Little-Mouse, Pierre)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×